Philo Mermoz

23 octobre 2017

Thème n°1: Être ou avoir

Être ou avoir   Introduction : la crise du sens a)      La crise contemporaine    Le monde dans lequel on vit est en crise. On a tendance à penser que la crise est seulement économique alors qu’en réalité elle est beaucoup plus profonde. On a affaire à une crise du sens. Qu’est-ce à dire ? Pour le comprendre, il faut réfléchir sur notre modèle de société uniquement tournée vers la consommation de masse. Chacun cherche le bonheur mais à travers uniquement l’acquisition et la... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 12:55 - Permalien [#]

23 octobre 2017

Et les mistrals gagnants de Julliand

b)      Et les mistrals gagnants : ET LES MISTRALS GAGNANTS Bande Annonce   Justement, dans son film, « Et les mistrals gagnants » Julliand propose une solution, un modèle : il faudrait retrouver son âme d’enfant, son insouciance. Le bonheur, en effet, ne repose pas sur la possession des biens, l’argent ou encore les circonstances. Le bonheur est essentiellement  un état d’esprit. Donc, il suppose une conversion intérieure : arrêter de se tourner vers des biens... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 12:56 - Permalien [#]
23 octobre 2017

Les trois blessures narcissiques de l'humanité

c)      Les trois blessures narcissiques de l'humanité Texte de Freud:   Après Copernic , puis Darwin, Freud est amené à infliger à l'humanité sa troisième « blessure narcissique »:  « Dans le cours des siècles, la science a infligé à l'égoïsme naïf de l'humanité deux graves démentis. La première fois, ce fut lorsqu'elle a montré que la terre, loin d'être le centre de l'univers, ne forme qu'une parcelle insignifiante du système cosmique dont nous pouvons à peine nous... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 12:56 - Permalien [#]
23 octobre 2017

Husserl et la crise des sciences

d)      La crise des sciences Mais cette réduction de l’homme à un objet naturel, est-ce que ce n’est pas cela l’origine de la crise. Tel est le point de vue de Husserl dans la crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale. La science est donc incapable de répondre à la crise car elle en est la cause.  A force d’être objective, de ne s’occuper que de la nature, la science se détourne de ce qui est humain et même pire elle réduit l’humain à un objet comme les autres. Husserl... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 12:57 - Permalien [#]
07 novembre 2017

I) La question du sens de l'existence

I) La question du sens de l'existence Introduction: L'existence a-telle un sens? L’existence ici est synonyme de Vie. Le mot « sens », quant à lui, s’entend d’une double manière : le sens d’abord, c’est la direction comme quand on parle d’un sens interdit. Ensuite, le sens c’est la signification comme quand on parle du sens d’une question. Donc, on n’a toujours pas répondu à notre question initiale, mais on s’est rendu compte en la questionnant, qu’elle portait en elle une autre question, elle-même porteuse d’un... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 19:48 - Permalien [#]
07 novembre 2017

1) angoisse et divertissement-

1. Le  Divertissement et l’illusion du bonheur S_lection_de_textes_Pascal_et_questions Se divertir c’est aujourd’hui s’amuser, se distraire et on est spontanément persuadé que c’est dans nos divertissements, dans nos loisirs, dans « le have fun » qu’on s’épanouit pleinement, qu’on est heureux. Le monde est en crise, les valeurs semblent perdues mais que m’importe pourvu que je m’éclate. Or, à travers cette réflexion, la part d’ombre du divertissement apparaît : après des nuits à s’éclater, on a du mal à cacher... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 21:10 - Permalien [#]

07 novembre 2017

2. De la souffrance à l'ennui

2. Le désir comme souffrance a) Besoin, désir et volonté: réflexion sur la négativité du désir - Désir et besoin : Le besoin renvoie à un manque vital, biologique et donc naturel alors que le désir va apparaître artificiel,  secondaire voire superficiel. Donc logiquement les besoins parce qu'ils sont primaires doivent toujours primer sur les désirs qui, quant à eux, sont secondaires. Or, tout le paradoxe c'est que l'homme, à la différence des animaux, est un être de désir, qu'il fait donc souvent passer la satisfaction de ses... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 21:56 - Permalien [#]
24 février 2018

Que philosopher c'est apprendre à mourir

c) L'idéal ascétique:  Apprendre à mourir : lecture du Phédon de Platon PAR MAËL GOARZIN · 22 SEPTEMBRE 2017     Le sujet principal du Phédon est la mort. Quelle doit être l’attitude du philosophe devant la mort ? Tout d’abord, l’attitude du philosophe face à la mort est liée à deux postulats posés et défendus dans le Phédon : l’immortalité de l’âme et le lien âme-corps. Et de ces deux postulats découle une certaine tâche, qui doit être celle du philosophe : le soin de... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 12:20 - Permalien [#]
24 février 2018

La critique de l'idéal ascétique

3. La critique de l'idéal ascétique En clair, dans le Phédon, Platon nous explique en quoi "philosopher c'est apprendre à mourir". La sagesse consiste à prendre soin de son âme, à se détacher de son corps. Voilà) pourquoi le sage c'est celui qui n'a pas peur de la mort mais qui s'y prépare pendant toute  Comme il l'écrit dans le Gorgias,  "le corps est le tombeau de l'âme", il faut donc chercher à libérer l'esprit du poids de la matière (on est esclave du cycle biologique de la faim, de la soif) C'est... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 13:12 - Permalien [#]
24 février 2018

II) Bonheur et sagesse

II ) Bonheur et sagesse 1) Le quadruple remède d'Epicure: analyse de la lettre à Ménécée.AMenecee_cumnotis__1_ intro: La nécessaire philosophie La philosophie est une activité et comme toute activité, elle vise le bonheur. Or, pour être heureux il faut tout d'abord établir ce constat : “ nous sommes nés une fois, il n'est pas possible de naître deux fois et il faut n'être plus pour l'éternité. Pourtant, toi qui n'es pas de demain, tu ajournes la joie ; la vie périt par le délai et chacun meurt affairé ”... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 13:16 - Permalien [#]
24 février 2018

stoïcisme

2. Vertu et sagesse On a vu que, pour Epicure, le bonheur est le but de l’existence c’est-à-dire que, par définition, tout homme cherche à être heureux or pour Épicure, le bonheur est un équilibre entre le plaisir et la raison. Epictete__Manuel Pour les stoïciens, en revanche, et plus particulièrement Epictète, le plaisir et la raison sont des choses totalement incompatibles parce que le plaisir est un sentimen  lié à notre sensibilité c’est-à-dire notre animalité. Faire du plaisir le critère du bonheur c’est donc réduire le... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 13:34 - Permalien [#]
24 février 2018

Platon et la transcendance des désirs

3. La transcendance du désir   LA TRANSCENDANCE DES DESIRS a) L’amour et la connaissance de soi - Transition Si on définit l'homme comme un être de pure raison alors pour devenir pleinement soi-même, il faut exercer sa volonté, lutter contre ses désirs, lutter contre les passions. De ce fait, la vertu consiste à rester maitre de soi en toutes circonstacnes, âtre pleinement soi-même.  Or, comment pourrait-on être pleinement soi-même si on commence par nier une partie de soi ? En outre, celui qui passe son temps à aller... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 13:39 - Permalien [#]
22 avril 2018

III] Réflexion sur la morale: 1. La morale kantienne. a) L'opposition entre la raison et le bonheur

III] La morale   1) REFLEXION SUR LE DEVOIR : LA MORALE KANTIENNE     a-    La misologie et la critique de l’eudémonisme: Raison contre bonheur   Kant fait le lien entre toutes les sagesses antiques et montre qu'elles sont toutes des déclinaisons de la même thèse qui a pour dénominateur commun le lien indéfectible entre la raison et le bonheur. Epicure nous explique que pour être heureux il faut désirer raisonnablement : faire le tri entre les désirs et ne retenir que ceux qui sont... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 23:42 - Permalien [#]
23 avril 2018

b) Critique des conceptions communes de la morale

b-    Universalité de la morale: les critiques des conceptions communes de la morale   -          Morale et société :   Protagoras est le père du relativisme, il considère qu’il n’y a pas de valeur absolu, pas de vérité, mais il n’y a que des opinions subjectives, variables, relatives. Par exemple : il est absurde de vouloir imposer à tous les hommes les mêmes valeurs, dans la mesure où, en fonction de la société où l’on vit, il y a des... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 02:06 - Permalien [#]
23 avril 2018

c) La morale kantienne

c) La morale Kantienne Fondements_de_la_m_taphysique_des_m_urs_1__1_ A travers cette critique des conceptions communes de la morale, on n'est parvenu à dissocier la question de la morale de la question du bonheur et à mettre en place l'idée que la morale devait s'appuyer sur la raison qui a pour but de rendre la volonté bonne. - La bonne volonté: l'universalité de la morale kantienne Kant, dès les premières phrases des fondements de la métaphysique des moeurs, insiste sur l'idée que le principal problème pour définir la... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 02:31 - Permalien [#]
23 avril 2018

synthèse de la morale de Kant

  SYNTHESE SUR LA MORALE On a tendance à définir la morale comme ce qui nous dicte ce qui est bien et nous permet d'éviter ce qui est mal. Or le problème c’est que le bien et le mal sont des valeurs relatives dans la mesure où soit ils dépendent de la société dans laquelle on vit, soit de la religion, soit de la conscience et des sentiments de chacun. Mais dans tous ces cas, le bien et le mal nous apparaissent comme des valeurs variables, changeantes et donc, au total, floues. Kant cherche à déterminer des critères... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 04:40 - Permalien [#]
25 avril 2018

2. Nietzsche et la critique des valeurs morales

2)  Nietzsche, le renversement des valeurs a) Le renversement de l'idéal ascétique   Nietzsche est philosophe, il reprend à son compte l’exigence philosophique à savoir penser par soi même c’est-à-dire savoir remettre en question ses préjugés, pouvoir les dépasser et donc se méfier des fausses évidences. En effet, qu’est-ce qu’un préjugé ? c’est quelque chose qui s’impose à moi comme allant de soi, et parce que ça va de soi je ne prends pas la peine de l’interroger ni de m’interroger, ce faisant, le préjugé... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 01:47 - Permalien [#]
25 avril 2018

Thème n°2: "Science sans conscience..." I. Intro sur la superstition

“SCIENCE SANS CONSCIENCE”   I-                               Foi et raison   Introduction : Réflexion sur l’astrologie   a)      Science et superstition    Dans l’Avenir d’une Illusion, Freud s’étonne d’un paradoxe: les sciences aujourd’hui expliquent de mieux en mieux les phénomènes et grâce à leurs applications techniques,... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 23:32 - Permalien [#]
26 avril 2018

I] 1. L'être du temps

1)                  L’être du temps   Introduction :   Pendant très longtemps, les hommes n’ont pas cherché à penser ce qu’était le temps car leur religion leurs donnaient une interprétation toute faite du temps. Pour l’Eglise, par exemple, le temps marque les étapes qui vont conduire l’homme à l’éternité. Le temps est la marque de la déchéance de l’homme, il commence quand Adam, à cause de son péché, est chassé du paradis par... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 00:53 - Permalien [#]
27 avril 2018

I] 2. Science et expérience

2)      Science et expérience   a)                  L’inductivisme : l’expérience au du cœur de la démarche scientifique.   - L'exemple des corbeaux Spontanément, on est persuadé que pour arriver à la vérité en science, il faut partir de l’expérience. Plus précisément, de l’observation : le scientifique ne va pas s’en tenir à son expérience quotidienne des choses parce que dans ce cas il ne... [Lire la suite]
Posté par Salllamine à 02:37 - Permalien [#]